J'ai testé pour vous adopter un furet

INTERNATIONALIZATION

premiere rencontre entre furet

Néanmoins, la peur gagne la ville de Paris où, le 22 juillet, le conseiller d'État Joseph François Foullon et son gendre Berthier de Sauvigny sont massacrés sur la Place de Grève. Le roi accepte donc, à la demande de l'Assemblée, de déclarer la guerre à l'Autriche le 20 avril Un ultimatum est adressé à François II le 25 mars lui enjoignant de chasser les émigrants français de son pays, lequel demeure sans réponse. Le couple prend goût à ces accueils triomphaux et n'hésite pas, dans les semaines suivantes, à sortir à l' Opéra , à la Comédie-Française ou encore à la Comédie-Italienne. Espaces de noms Article Discussion.

Mon espace perso

Elle n'occupe pas pour le moment la grande Tour du Temple non encore aménagée, mais le logement de l'archiviste réparti sur trois étages: Skip to main content. Le roi maintient sa position et se tourne à nouveau vers les parlements, l'avis de l'assemblée des notables n'étant que consultatif. Bonjour, Je garde actuellement un chat pour rendre service je dois garder ce chat 1 mois et ce dernier crache mon chat mon chat est très joueur et tente souvent des approches et reste toujours cloîtré dans des recoins. L'archevêque bénit le lit, le dauphin reçoit sa chemise nuptiale des mains du roi et la dauphine des mains de Marie-Adélaïde de Bourbon , duchesse de Chartres, la plus haut placée des femmes mariées de la cour.

Ça fout un peu la trouille, faut bien avouer. Et quelques semaines plus tard, nous voilà partis dans la campagne bretonne pour aller chercher un petit fureton. En même temps, ce sont des animaux qui dorment entre 16 et 20h par jour , ce qui enlève toute trace de culpabilité quand on quitte la maison.

Sachez que le furet est un animal domestique qui descend de son ancêtre sauvage le putois et qui a été longtemps utilisé pour chasser les lapins.

Les mâles ont également une odeur très marquante pendant leur rut. Les furets sont des carnivores purs, il est donc hors de question de les nourrir au pain et au lait comme le font encore certains chasseurs, ou aux fruits. Je préfère tout de même prévenir: Expat' volontaire en Autriche de retour en Bretagne, étudiante de littérature, professeure de français, auteure d'exercices de français pour l'Allemagne, passionnée d'écriture, de gynécologie, de pédagogie, de langues, de voyage et de cuisine dans cet ordre ou dans un autre , féministe convaincue, adepte de la décroissance et du minimalisme, humain de compagnie d'un petit monstre velu communément appelé furet.

Personnellement ma furette est un peu jalouse de mon conjoint car il est arrivé après et mademoiselle est un peu possessive. Du coup elle lui râle dessus et elle le chique un peu plus que moi. J'avais d'ailleurs lu que ça pouvait arriver.

Il est reçu le 9 août par Marie-Antoinette qui, entendant le récit, tombe des nues. Elle lui avoue ne rien avoir commandé et avoir brûlé le billet. La reine en parle alors au roi et, sur les conseils de Breteuil , alors ministre de la Maison du Roi , il décide de faire arrêter Rohan.

Le cardinal Rohan est convoqué le 15 août par le roi: Il est arrêté le jour même en habits liturgiques dans la Galerie des Glaces , alors qu'il se rend à la chapelle du château pour célébrer la Messe de l' Assomption.

Il est embastillé le soir même mais il prend soin de faire détruire par son secrétaire certains documents qui, par leur absence, dissimulent la vérité sur le véritable rôle de Rohan. Ce dernier est accusé de deux choses: Louis XVI lui laisse le choix d'être jugé par le Parlement de Paris pour le délit ou par lui-même pour le crime.

La seconde option a l'avantage de juger l'affaire discrètement sans tout dévoiler au grand jour mais Rohan choisit néanmoins d'être jugé par le Parlement. Le procès du cardinal Rohan se tient en mai Le prévenu est soutenu par les membres influents de la Maison de Rohan et par les évêques et le Saint-Siège. L'opinion publique est également en faveur de son acquittement puisque l'histoire de la signature fabriquée ne convainc pas le peuple [ a 32 ] et la reine, ayant brûlé le billet, ne peut prouver son innocence.

Rohan est acquitté par un arrêt du 31 mai par 26 voix contre Le roi et la reine, et plus largement le système monarchique lui-même, sont les victimes de cette affaire puisque montrés du doigt par le peuple. Marie-Antoinette est effondrée, confiant à son amie Madame de Polignac: La tenue d'un procès public a eu pour effet un déballage par la presse et une sympathie pour le cardinal Rohan. Spectateur de la sortie triomphale du cardinal de la Bastille vers son lieu d'exil, Goethe remarque: Au lendemain de la Guerre d'indépendance des États-Unis , Louis XVI entreprend d'améliorer la marine française pour donner au royaume les moyens de se défendre en cas de nouvelle guerre.

Sur la question coloniale Louis XVI prend la même année en deux mesures contradictoires: Louis XVI entame à partir du 20 juin un voyage à Cherbourg pour voir l'avancement des travaux. Hormis le sacre de Reims et la fuite à Varennes , il s'agit du seul déplacement provincial du souverain pendant son règne. Accompagné de Castries et de Ségur , il est accueilli partout chaleureusement par la foule et distribue au peuple des pensions et exonérations fiscales [ a 33 ].

La visite du chantier commence dès l'arrivée du roi le 23 juin: L'historien de la mer Étienne Taillemite de s'interroger: Comment ne comprit-il pas qu'il possédait là un atout majeur capable de contrer toutes les intrigues du microcosme versaillais et parisien? Le même historien de rajouter: Criant à la trahison, les notables se manifestent: Les lois passent donc par le chemin ordinaire de leur enregistrement par le parlement , ce qui là non plus n'est pas une mince affaire.

Le parlement commence pourtant à valider le principe de la libre circulation des grains et la mise en place d'assemblées provinciales et municipales. Néanmoins, le 2 juillet , les parlementaires refusent d'enregistrer l' édit créant la subvention territoriale nécessaire pour réduire le déficit. Las des résistances du parlement, Louis XVI le convoque le 6 août en lit de justice: Le lendemain pourtant, le parlement prononce la nullité du lit de justice, une première dans la vie monarchique.

Le 14 août , à l'initiative de Brienne , le roi exile le parlement à Troyes. Chaque parlementaire reçoit une lettre de cachet et s'exécute. L'accueil dans Troyes est triomphal [ a 34 ] et les parlements de province se solidarisent, ainsi que la Chambre des comptes et la Cour des aides.

Le roi capitule le 19 août en renonçant officiellement à l' édit de subvention territoriale et promet la convocation des états généraux pour Le parlement revient à Paris sous les applaudissements de la foule. Celle-ci montre du doigt Calonne, Brienne et Marie-Antoinette, dont on brûle les effigies [ a 35 ]. L'agitation gagne alors la province. La subvention territoriale ayant été abandonnée, Brienne ne voit plus qu'un seul moyen pour renflouer les caisses du royaume: Le roi accepte l'idée sans préciser de date et demande le vote immédiat de l'emprunt, déclarant: Le duc d'Orléans lui lance: C'est légal parce que je le veux!

À la suite de cette séance du 19 novembre, l'emprunt quinquennal est lancé et les frondeurs sont punis: Dans le même temps, Malesherbes se penche sur une possible émancipation des Juifs de France [ a 36 ]. S'insurgeant contre cette idée, les parlementaires anticipent cette réforme institutionnelle et publient le 3 mai une Déclaration des lois fondamentales du royaume dans laquelle ils rappellent notamment qu'ils sont seuls gardiens de ces lois et que la création de nouveaux impôts est du ressort des états généraux [ 58 ].

Furieux, le roi réagit deux jours plus tard en cassant cette déclaration et en demandant l'arrestation des deux principaux instigateurs de la révolte, d'Eprémesnil et Monsabert qui, après s'être réfugiés dans l'enceinte du parlement, finissent par se rendre avant d'être emprisonnés [ a 37 ].

Le 8 mai , Louis XVI convoque à nouveau un lit de justice et fait enregistrer sa réforme. Le 21 juillet , une assemblée des trois ordres du Dauphiné se réunit sans autorisation au Château de Vizille , non loin de Grenoble: Emmenée par Antoine Barnave et Jean-Joseph Mounier , l'assemblée décrète le rétablissement des États du Dauphiné et réclame la tenue rapide des états généraux du royaume, avec le doublement du nombre de députés du tiers-état et l'instauration du vote par tête.

Face à ce mouvement d'une telle ampleur, le roi et Brienne annulent la création de la Cour plénière et, le 8 août , annoncent la convocation des états généraux pour le 1 er mai Durant l'été , l'État cesse ses paiements pour six semaines et, le 16 août, l'état de banqueroute est proclamé. Brienne démissionne le 24 août il sera créé cardinal le 15 décembre suivant.

Necker prend donc le portefeuille des finances avec le titre de directeur général des finances et, fait nouveau, est également nommé Principal ministre d'État en succédant ainsi à Brienne.

Le Garde des Sceaux Lamoignon laisse quant à lui sa place à Barentin. Parallèlement à l'état de cessation des paiements et de banqueroute du royaume, le climat de l'année est calamiteux: Le blé manque et le peuple a faim. C'est dans ce climat de violence qu'allaient s'ouvrir les états généraux. Les parlementaires, jouissant jusque-là d'une grande popularité, vont rapidement se déconsidérer auprès de l'opinion en dévoilant imprudemment leur conservatisme.

Le 21 septembre en effet, le Parlement de Paris et d'autres parlements avec lui demandent que les états généraux soient convoqués en trois chambres séparées votant par ordre comme ce fut le cas lors des précédents États généraux de , empêchant ainsi toute réforme d'ampleur. Louis XVI et Necker sont en revanche partisans d'une forme plus moderne en encourageant le doublement du tiers état et le vote par tête passant ainsi à un nombre de voix par député, et non par ordre qui aurait pour effet d'opposer le tiers-état, comptant pour une voix, au clergé et à la noblesse, comptant ainsi pour deux.

L'assemblée des notables se réunit à Versailles à partir du 5 novembre. Le roi maintient sa position et se tourne à nouveau vers les parlements, l'avis de l'assemblée des notables n'étant que consultatif.

Le 5 décembre , le Parlement de Paris accepte le doublement du Tiers mais ne se prononce pas sur la question du vote par ordre ou par tête. Louis XVI se fâche et déclare aux parlementaires: Le 12 décembre, le comte d'Artois remet à son frère le roi un mémoire condamnant le vote par tête [ 51 ].

Le 24 janvier paraissent les lettres royales donnant des précisions quant à l'élection des députés. Le roi y déclare notamment: Tout français de sexe masculin âgé d'au moins 25 ans et inscrit au rôle des contributions peut prendre part au vote. Chaque assemblée de chef-lieu a pour mission de réunir les doléances dans un cahier dont un exemplaire est transmis à Versailles. La plupart des revendications qui y sont exprimées sont modérées et ne remettent pas en cause le pouvoir en place ni l'existence de la monarchie [ a 41 ].

Les intellectuels dont Marat , Camille Desmoulins , l' Abbé Grégoire et Mirabeau , s'adonnent à la rédaction de nombreux pamphlets et articles. Parmi ces publications, celle de Sieyès intitulée Qu'est-ce que le Tiers-État? Le plan de cet Écrit est assez simple.

Nous avons trois questions à nous poser: Le 2 mai , sont reçus à Versailles l'ensemble des députés. Le 4 mai, soit la veille de l'ouverture des états généraux, une messe solennelle est célébrée en la cathédrale Saint-Louis en présence de la famille royale sauf le dauphin , trop malade pour quitter sa chambre.

L' homélie du célébrant, l' évêque de Nancy Monseigneur de La Fare par ailleurs député du clergé , dure plus d'une heure. Le prélat commence par une maladresse en prononçant ces mots: De retour au château , la reine s'effondre et le roi s'indigne [ a 43 ]. Le lendemain, 5 mai , s'ouvriront les états généraux et, par là même, la Révolution française.

Louis XVI est épaulé dans la politique étrangère par Charles Gravier de Vergennes de à la mort de ce dernier le 13 février La détermination dont le roi a fait preuve dans l'accession à l'indépendance des États-Unis intrigue ses biographes [ note 10 ].

La plupart d'entre eux voient dans l'implication de Louis XVI une vengeance des échecs subis par le royaume de France lors de la guerre de Sept Ans , à l'issue de laquelle le pays a perdu ses possessions d' Amérique du Nord. Ainsi, la révolte des Treize colonies survient comme une occasion inespérée de faire subir une défaite à l'adversaire.

Cependant, certains historiens et biographes comme Bernard Vincent [ a 44 ] avancent une autre cause: L'intervention de la France auprès des colons américains se déroule tout d'abord dans la clandestinité. En septembre , Julien Alexandre Achard de Bonvouloir se rend sur place pour étudier les possibilités d'une assistance discrète auprès des insurgés [ 62 ].

Ces tractations aboutissent, en , à la vente secrète d'armes et de munitions et par l'octroi de subsides pour deux millions de livres [ 63 ]. Beaumarchais reçoit du roi et de Vergennes l'autorisation de vendre poudre et munitions pour près d'un million de livres tournois sous le couvert de la compagnie portugaise Rodrigue Hortalez et Compagnie. Peu après la victoire de Saratoga, le Congrès américain envoie à Paris deux émissaires pour négocier une plus grande aide française: Silas Deane et Benjamin Franklin.

Ce traité fut l'unique texte d'alliance signé par les États-Unis jusqu'au traité de l'Atlantique nord du 4 avril [ a 47 ]. Selon Vergennes , ministre des Affaires étrangères, la décision de s'allier avec les Américains a été prise par Louis XVI seul, de manière souveraine. Il en témoigne dans une lettre datée du 8 janvier au comte de Montmorin alors ambassadeur en Espagne: Ce n'est pas l'influence de ses ministres qui l'a décidé: Cette décision s'avère risquée à plus d'un titre pour le roi: Les hostilités entre les forces françaises et britanniques s'ouvrent lors du combat du 17 juin Malgré de nombreuses victimes, le royaume de France en ressort vainqueur.

Ordre est alors donné aux navires français de combattre la flotte anglaise. Le premier affrontement entre les deux flottes a lieu le 27 juillet Parallèlement à cette nouvelle étape dans le conflit, Louis XVI signe le 9 mars une déclaration de neutralité armée liguant la France, l'Espagne, la Russie , le Danemark , l' Autriche , la Prusse , le Portugal et les Deux-Siciles contre la Grande-Bretagne et son atteinte à la liberté des mers.

Le roi charge le comte Charles Henri d'Estaing de commander la flotte envoyée en aide aux insurgents américains. La Flotte du Levant quitte le Toulon le 13 avril pour arriver au large de Newport Rhode Island le 29 juillet suivant.

Le roi est réticent sur l'opération et pense alors, sinon à envahir l'Angleterre, du moins maintenir dans la Manche les navires anglais, affaiblissant du même coup leur participation outre-Atlantique.

Le projet doit être abandonné. Il quitte Brest le 2 mai et arrive à Newport le 10 juillet suivant. Le 31 janvier , Lafayette demande à Vergennes et à Louis XVI de renforcer la puissance navale française et d'accroître l'aide financière au profit des forces américaines. Quelques semaines auparavant, l' amiral de Grasse était parti de Brest à destination de la Martinique pour apporter des renforts en navires et en hommes.

La tactique combinée de l'infanterie franco-américaine et de la flotte de l'amiral de Grasse permettent d'infliger de lourdes pertes à l'escadre de l'amiral Thomas Graves et par là même de la flotte britannique: Le 19 octobre , le général Charles Cornwallis signe la capitulation de Yorktown.

La participation du royaume de France dans la victoire des États-Unis est célébrée sur tout le territoire américain et Louis XVI n'est pas oublié: Le traité de Paris , signé le 3 septembre entre les représentants des treize colonies américaines et les représentants britanniques , met fin à la guerre d'indépendance. L'indépendance américaine est sans conteste une victoire pour la France et pour son roi, lequel a largement contribué à la victoire des insurgés.

Néanmoins, la naissance de ce nouveau pays a permis de faire connaître sur le sol français un exemple de démocratie qui n'a pas attendu pour mettre en application les idées nouvelles: Déclaration d'indépendance , émancipation des Noirs dans les États du Nord, droit de vote des femmes dans le New Jersey , séparation des pouvoirs , absence de religion officielle et reconnaissance de la liberté de la presse notamment.

Paradoxalement, ces idées révolutionnaires que Louis XVI a contribué à faire naître en favorisant l'indépendance américaine seront à l'origine de sa chute. En , le frère de Marie-Antoinette Joseph II se rend en France pour convaincre le roi de donner son appui pour que l'empire autrichien puisse annexer la Bavière et commencer le démembrement de la Turquie.

Louis XVI rejette cette demande et la France, contrairement au premier partage de la Pologne intervenu en , ne prend pas part au conflit. Le traité de Teschen est signé le 13 mai entre l' Autriche et la Prusse le 13 mai et met fin à la guerre de Succession de Bavière.

La France et la Russie sont garants de son respect. À partir de , une coalition de rebelles prend le pouvoir en Suisse. La France, contrairement à ce qu'elle avait fait pour les États-Unis , contribue à la répression de cette rébellion et envoie des renforts pour rétablir le pouvoir en place. Seulement, ce dernier est rétabli dans ses fonctions en Il poursuit la politique traditionnelle française d'appuyer des missions catholiques au Proche-Orient.

Face au vide créé par l'interdiction de la Compagnie de Jésus les Jésuites en , il choisit les Lazaristes pour les remplacer dans les missions en territoire ottoman. Les états généraux s'ouvrent le 5 mai vers 13 heures par une séance solennelle d'ouverture dans la salle des Menus Plaisirs à Versailles. L'événement se passe dans des conditions difficiles pour le roi, car depuis plus d'un an, le petit dauphin Louis Joseph Xavier François est malade, ce qui ne favorise pas le contact entre le roi et le tiers-état.

Le dauphin mourra le 4 juin, ce qui affectera profondément la famille royale [ 67 ]. Louis XVI a revêtu pour l'occasion le manteau fleurdelysé de l' Ordre du Saint-Esprit et un chapeau à plumes où luit notamment le Régent [ 68 ].

La cérémonie débute par un bref discours du roi dans lequel il déclare notamment: Il expose ensuite brièvement le cap de redressement des finances mais prévient toute tentative de réforme effrénée: Sous un tonnerre d'applaudissements [ a 50 ] , le roi laisse la parole au Garde des Sceaux Barentin. Puis vient le tour de Necker. Durant un discours de plus de 3 heures prononcé par un assistant au bout de quelques minutes , il se perd dans de vaines flatteries et rappelle l'existence du déficit de 56 millions de livres.

Ne présentant aucun plan d'ensemble et n'annonçant rien de nouveau, il déçoit son auditoire. Il affirme enfin sa position concernant le mode de votation, en se prononçant en faveur du vote par ordre. Le roi lève enfin la séance.

Pour beaucoup de députés, cette journée fut ennuyeuse et décevante [ a 51 ]. Le 6 mai, les députés du tiers état se réunissent dans la grande salle et prennent, comme en Angleterre , le nom de communes [ a 51 ].

Ils proposent au clergé et à la noblesse, qui dans l'immédiat votent séparément, de procéder ensemble à la vérification des pouvoirs des députés, mais ils se heurtent à un refus des deux ordres. Le 11 mai, les députés de la noblesse décident, par voix contre 47, de se constituer en chambre séparée et de vérifier de cette manière les pouvoirs de ses membres.

La décision est plus nuancée chez le clergé où, à un écart de quelques voix, il est également décidé de siéger séparément pour et contre. Des conciliateurs sont désignés pour atténuer les divergences mais ils avouent leur échec le 23 mai. Le 24 mai, Louis XVI demande en personne que les efforts de conciliation se poursuivent. Il ne peut cependant pas dialoguer directement avec les membres du tiers, puisque Barentin joue le rôle d'intermédiaire, qui plus est plutôt favorable aux prétentions de la cour.

Le 4 juin, le dauphin Louis-Joseph de France , meurt à l'âge de 7 ans. Le couple royal est très affecté par la disparition du prétendant au trône, mais cet événement survient dans l'indifférence générale [ a 52 ]. Le 17 juin, les députés du Tiers prennent acte du refus de la noblesse de se joindre à eux. La constitution de cette assemblée, proposée par Sieyès , est votée par voix contre Le 19 juin, le clergé décide de se joindre au tiers état.

Le même jour, le roi s'entretient avec Necker et Barentin. Necker propose un plan de réformes proche des revendications du Tiers: Barentin, quant à lui, demande au roi de ne pas céder face aux revendications et lui déclare: Le 20 juin, les députés du Tiers découvrent que la salle des Menus Plaisirs est close et barrée par des gardes-françaises.

Les députés du Tiers décident alors, sur proposition du célèbre docteur Guillotin , de trouver une autre salle pour se réunir. C'est alors qu'ils entrent dans la salle du Jeu de paume , située à deux pas. Le 21 juin, Louis tient un conseil d'État à l'issue duquel le plan proposé par Necker le 19 juin est repoussé, malgré le soutien des ministres Montmorin , Saint-Priest et La Luzerne.

La séance royale décidée par le roi s'ouvre dans la grande salle de l' Hôtel des Menus Plaisirs , en l'absence de Jacques Necker mais en présence d'une troupe largement déployée pour l'occasion.

Louis XVI y prononce un bref discours dans lequel il fait part de ses décisions. Constatant le manque de résultats des états généraux, il rappelle les députés à l'ordre: Il rappelle enfin qu'il incarne la seule autorité légitime du royaume: La séance est levée et les députés sont priés de sortir.

Au bout de plusieurs minutes de flottement, le député d'Aix Mirabeau intervient et s'adresse à la salle: Quelle est cette insultante dictature?

L'appareil des armes, la violation du temple national pour vous commander d'être heureux! Face au tumulte provoqué par cette harangue, le grand maître des cérémonies Henri-Évrard de Dreux-Brézé s'adresse alors à Bailly , doyen de l'Assemblée et du Tiers, pour lui rappeler l'ordre du roi.

C'est alors que Mirabeau s'interpose et, selon la légende, lui répond cette célèbre phrase: Informé de l'incident, Louis XVI aurait alors lâché: Une révolution bourgeoise et pacifique vient ainsi de s'accomplir et il faut désormais au roi opter entre l'acceptation de la monarchie constitutionnelle ou l'épreuve de force. Il semble s'orienter vers la première solution tandis que son entourage se montre plus intransigeant, notamment son frère le comte d'Artois qui accuse Necker, ce banquier libéral, de trahison et d'attentisme [ 72 ].

Le surlendemain 25 juin, la majorité des députés du clergé et 47 députés de la noblesse dont le duc d'Orléans , cousin du roi se joignent au Tiers état. Seulement, plusieurs compagnies refusent de se soumettre aux ordres et certains soldats jettent leurs armes avant de venir dans les jardins du Palais-Royal se faire applaudir par la foule.

Louis XVI mobilise alors autour de Paris 10 nouveaux régiments. L'Assemblée nationale promulguée le 17 juin prend le nom de Constituante le 9 juillet.

Pendant ce temps, le roi renvoie Necker dont il a peu apprécié l'absence lors de la séance royale du 23 juin pour le remplacer par le baron de Breteuil , monarchiste convaincu. Il appelle le maréchal de Broglie au poste de Maréchal général des camps et armées du roi , réinstauré pour faire face aux événements. L'annonce du renvoi de Necker et de la nomination de Breteuil et de Broglie mettent Paris en effervescence [ 74 ].

Il ne reste plus aux manifestants qu'à trouver des armes. Les officiers réunis sous les ordres de Besenval sur le Champ-de-Mars refusent à l'unanimité de charger contre les manifestants. Il ne manque plus que de la poudre et des balles, et l'idée se répand que la forteresse de la Bastille en regorge. Vers 10h30, une délégation des électeurs de Paris se rend auprès du gouverneur de la prison Bernard-René Jordan de Launay pour négocier la remise des armes demandées.

Soudain, un ancien sergent des gardes suisses entouré de 61 gardes-françaises arrive des Invalides avec les canons volés et les place en position d'attaque contre la Bastille.

La forteresse capitule, la foule s'y engouffre en libérant les 7 prisonniers enfermés et s'empare des munitions. La garnison de la Bastille, après avoir massacré une centaine d'émeutiers, est conduite à l' Hôtel de ville tandis que la tête de Launay , décapité sur le trajet, est exposée sur une pique.

Ignorant tout des événements, Louis XVI ordonne trop tard que les troupes stationnées autour de Paris évacuent la capitale. Le lendemain 15 juillet, le roi apprend à son réveil du grand-maître de la garde-robe François XII de La Rochefoucauld les événements de la veille.

Selon la tradition, le roi lui demande: À partir de ce jour, la Révolution est irréversiblement enclenchée. Louis XVI , qui ne peut choisir qu'entre la guerre civile et la résignation, consent à capituler devant les événements. Toujours le 15 juillet, le roi se rend à l'Assemblée pour confirmer aux députés qu'il a ordonné aux troupes de se retirer des alentours de Paris. Sous les applaudissements des députés, il conclut sa venue en disant: Serait-il donc nécessaire de vous rassurer sur des bruits aussi coupables, démentis d'avance par mon caractère connu?

Eh bien, c'est moi qui ne suis qu'un avec la Nation qui me fie à vous: En s'adressant directement à l' Assemblée nationale , Louis XVI vient de reconnaître officiellement son existence et sa légitimité.

Aussitôt, une importante délégation conduite par Bailly se rend à l' Hôtel de ville de Paris pour annoncer au peuple les dispositions du roi et ramener le calme dans la capitale. Dans une ambiance festive et dansante, Bailly est nommé maire de Paris et La Fayette est élu par l'Assemblée commandant de la Garde nationale. Le 16 juillet, le roi tient un conseil en présence de la reine et de ses deux frères.

Le comte d'Artois et Marie-Antoinette demandent au roi de transférer la cour à Metz pour plus de sécurité mais le souverain, soutenu par le comte de Provence , la maintient à Versailles [ a 59 ]. Il regrette plus tard de ne pas s'être éloigné de l'épicentre de la Révolution [ 51 ].

Il annonce en outre dans ce conseil qu'il va rappeler Necker et donne l'ordre à Artois dont il reproche la philosophie répressive de quitter le royaume, faisant du futur Charles X l'un des tout premiers émigrés de la Révolution. Necker revient donc au gouvernement avec le titre de contrôleur général des finances. Necker ne tardera pas à comprendre que le pouvoir réside désormais à l' Assemblée nationale [ a 60 ].

Accompagné d'une centaine de députés, il a choisi de se rendre à l' Hôtel de ville , devenu le centre symbolique de la contestation populaire. Il pénètre ensuite dans l'édifice en passant sous la voûte formée par les épées des gardes nationaux. C'est alors que le président du collège électoral, Moreau de Saint-Méry , le complimente: Comme le note l'historien Bernard Vincent en commentant cette réception à l'Hôtel de ville: L' Assemblée nationale régnant désormais sur le pays, les intendants du roi quittent leur poste dans les provinces.

Une grande peur gagne alors la paysannerie française: Ajoutée à la faim et à la crainte des accapareurs de blé , la grande peur incite les paysans à créer des milices un peu partout en France. À défaut de tuer les brigands imaginaires, les membres de la milice incendient les châteaux et massacrent des comtes notamment. L'Assemblée, hésitante face à ces exactions, décide de calmer le jeu. Néanmoins, la peur gagne la ville de Paris où, le 22 juillet, le conseiller d'État Joseph François Foullon et son gendre Berthier de Sauvigny sont massacrés sur la Place de Grève.

Pour mettre fin à l'instabilité régnant dans les campagnes, les ducs de Noailles et d' Aiguillon lancent à l' Assemblée constituante l'idée de faire table rase de tous les privilèges seigneuriaux hérités de l'époque médiévale. C'est ainsi qu'au cours de la séance nocturne du 4 août sont supprimés les droits féodaux , la dîme , les corvées , la mainmorte et le droit de garenne notamment. L'assemblée affirme l'égalité devant l' impôt et l' emploi , abolit la vénalité des charges et tous les avantages ecclésiastiques, nobiliaires et bourgeois.

Les décrets d'application seront pris les 15 mars et 3 juillet Le rapport rendu le 9 juillet par Jean-Joseph Mounier présentait un ordre de travail pour la rédaction d'une Constitution débutant par une déclaration des droits [ 81 ]. L'idée était également d'opposer à l'autorité royale l'autorité de l'individu, de la loi et de la Nation [ a 62 ].

Le 21 août, l'Assemblée entame la discussion finale du texte, déposé par La Fayette et inspiré de la Déclaration d'indépendance des États-Unis.

L'adoption du texte s'opère article par article, pour finir le 26 août, date à laquelle les députés commencent à examiner le texte de la Constitution elle-même. La Déclaration fixe à la fois les prérogatives du citoyen et celles de la Nation: Les débats, houleux, surviennent au milieu de 3 catégories de députés qui commencent à se démarquer les uns des autres: À la suite de l'adoption du texte final de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen le 26 août, l'Assemblée se penche à la question du droit de veto du roi.

Après quelques jours de débats, lesquels se sont déroulés en l'absence du principal intéressé, les députés votent le 11 septembre, à une très large majorité voix contre , le droit de veto suspensif proposé par les patriotes.

Concrètement, le roi perd l'initiative des lois, et ne conserve que le droit de promulgation et le droit de remontrance. Louis XVI accepte cette idée par esprit de conciliation, grâce à Necker qui, ayant négocié cette option avec les patriotes, a su convaincre le roi d'accepter le droit de veto ainsi voté [ a 63 ].

Néanmoins, les députés ne concèdent au roi le droit de veto que si ce dernier avalise les décrets de la nuit du 4 août. Dans une lettre du 18 septembre, Louis XVI écrit aux députés qu'il agrée l'esprit général de la loi mais qu'en revanche des points importants non pas été étudiés, notamment l'avenir du traité de Westphalie consacrant les droits féodaux des princes germaniques ayant des terres en Alsace. Pour toute réponse, l'assemblée somme le roi de promulguer les arrêtés des 4 et 11 août.

Satisfaits, les députés octroient le 22 septembre par voix contre le droit de veto suspensif pour une durée de six ans. Malgré son retour au gouvernement, Necker ne parvient pas à redresser les finances du royaume.

Il recourt donc au traditionnel remède à l' emprunt: La levée de cette contribution ne résout cependant pas les difficultés économiques du pays, le pain devenant de plus en plus rare et le chômage de plus en plus fort une des conséquences de l'émigration des aristocrates, parmi lesquels beaucoup d'employeurs.

L'opinion publique s'émeut de cette impasse et, sensible aux poussées contre-révolutionnaires de la cour et du roi que l'on surnomme désormais Monsieur Veto , se méfie de plus en plus du souverain et de son entourage. Les Parisiens veulent donc ramener le blé et retenir le roi, quitte à le ramener dans la capitale.

Le 5 octobre, une foule de femmes envahit l' Hôtel de ville de Paris pour faire part de ses doléances et informer qu'elle va marcher sur Versailles pour en parler à l'Assemblée et au roi lui-même. Apprenant la nouvelle, le roi rentre précipitamment de la chasse et la reine se réfugie dans la grotte du Petit Trianon [ a 65 ]. Une horde de citoyennes survient alors dans la salle, criant: Les gardes du roi à la lanterne! Le roi leur promet du pain, embrasse l'une de ces femmes Louison Chabry, âgée de 17 ans [ a 66 ] , laquelle s'évanouit sous le coup de l'émotion.

Elles promettent alors de retourner voir le roi pour obtenir davantage. Se montrant enfin au balcon aux côtés de Louison Chabry, il émeut la foule qui l'acclame alors. S'ensuit alors un véritable carnage où plusieurs gardes sont massacrés et décapités, leur sang badigeonnant le corps des meurtriers.

Ces derniers cherchent les appartements de la reine, s'écriant: La reine lance alors à son mari: Le souverain se montre alors à la foule sans dire un mot tandis que celle-ci l'acclame et lui demande de revenir à Paris. Des voix réclamant la reine, La Fayette dit à celle-ci de venir également à la fenêtre: Le roi la rejoint alors en compagnie de ses deux enfants et déclare à la foule: Après 7 heures de route [ a 67 ] , le cortège arrive à Paris, encadré par la Garde nationale et les têtes fraîchement coupées de la matinée.

L'un des premiers actes de cette volonté de déchristianiser les institutions s'opère par le décret du 2 novembre par lequel l'Assemblée, à l'initiative de Talleyrand , décide à voix contre que les biens du clergé serviront à combler le déficit national [ 83 ].

Le 19 décembre , l'Assemblée met en circulation millions d' assignats , sortes de bons du Trésor , destinés à éponger les dettes de l'État. Les ordres tels que les Bénédictins , les Jésuites et les Carmélites sont déclarés illégaux. Dans plusieurs villes, de violents heurts opposent les catholiques royalistes aux révolutionnaires protestants, tels à Nîmes où, le 13 juin , les affrontements font morts [ a 69 ].

La Constitution civile du clergé est votée le 12 juillet , remplissant d'effroi Louis XVI en personne. Désormais, les diocèses seront alignés sur les départements récemment créés: Mais la réforme, décidée sans concertation ni avec le clergé ni avec Rome , prévoit également que les curés et les évêques seront désormais élus par les citoyens, même non catholiques.

La constitution coupe les membres du clergé en deux camps: La constitution civile du clergé et la Déclaration des droits de l'Homme seront condamnées par le pape Pie VI dans le bref apostolique Quod aliquantum , ramenant au sein de l'Église quelques prêtres jureurs. L'Assemblée se vengera par le biais du décret du 11 septembre rattachant au Royaume l' État pontifical d'Avignon et le Comtat Venaissin. Le 26 décembre , Louis XVI se résigne à entériner la constitution civile du clergé dans son intégralité.

Une messe est présidée par Talleyrand , entouré de prêtres en étole tricolore. Louis XVI prête solennellement serment en ces termes: La reine présente son fils à la foule sous les acclamations.

Le roi est acclamé tout au long de cette journée et les Parisiens viennent dans la soirée crier sous ses fenêtres: Mais le roi ne profite pas de la situation: Face à la déliquescence de son pouvoir, Louis XVI ne choisit pas d' abdiquer , estimant que l' onction reçue lors de son sacre et le caractère séculaire de la monarchie l'en empêchent. Par conséquent, le roi opte pour la fuite hors du royaume [réf. Les historiens divergent quant à la finalité même du projet.

Le 20 juin, vers 21 heures, Fersen fait venir à la Porte Saint-Martin la berline qui servira à transporter la famille royale. Le 21 juin à 7 heures, le valet de chambre s'aperçoit de la disparition du roi. Le roi a fait déposer à l'Assemblée un texte écrit de sa main, la Déclaration du roi, adressée à tous les Français à sa sortie de Paris , dans lequel il condamne l'Assemblée qui lui a fait perdre tous ses pouvoirs et exhorte les Français à revenir vers leur roi.

Ce document ne fut jamais diffusé dans son intégralité. D'autre part, il y explique sa volonté: Il est au Musée des Lettres et Manuscrits à Paris. Le roi commente son sentiment sur la révolution, en critique certaines conséquences sans pour autant rejeter les réformes importantes comme l'abolition des ordres et l'égalité civile.

Pendant ce temps, la berline continue vers l'est, traversant la ville de Châlons-sur-Marne avec 4 heures de retard sur l'horaire prévu. À 8 heures du soir, le convoi s'arrête devant le relais de Sainte-Menehould puis reprend sa route. La population s'interroge sur la mystérieuse voiture, et très vite s'ébruite la rumeur selon laquelle les fugitifs ne sont autres que le roi et sa famille. Le maître de poste, Jean-Baptiste Drouet , est convoqué à l'Hôtel de ville: Il se lance alors à la poursuite de la berline avec le dragon Guillaume en direction de Varennes-en-Argonne , vers laquelle se dirigeait la voiture.

Prenant des raccourcis, ils arrivent avant le convoi et parviennent à prévenir les autorités quelques minutes seulement avant l'arrivée du roi. La famille royale arrive vers 10 heures et se heurte à un barrage. Le procureur-syndic Jean-Baptiste Sauce contrôle les passeports, qui semblent en règle.

Il s'apprête à laisser repartir les voyageurs quand le juge Jacques Destez, qui avait vécu à Versailles , reconnaît formellement le roi. Le roi confie alors à la reine: Informée le 22 juin au soir des événements qui se sont déroulés à Varennes , l'Assemblée envoie trois émissaires à la rencontre de la famille royale: Barnave , Pétion et La Tour-Maubourg.

La jonction s'opère le 23 juin au soir à Boursault. Le cortège passe la soirée à Meaux et reprend le lendemain la route de Paris, où l'Assemblée a déjà décrété la suspension du roi. Durant le trajet, le roi conserve un calme exemplaire comme le note Pétion: Quant à Marie-Antoinette, elle constatera en se regardant dans un miroir que ses cheveux avaient blanchi [ a 72 ].

L'Assemblée décide d'entendre le couple royal sur l'affaire de Varennes. Louis XVI fait seulement savoir qu'il n'avait pas eu l'intention de quitter le territoire national: Le 16 juillet, on lui apprend qu'il est innocenté et qu'il serait rétabli dans ses fonctions dès qu'il aura approuvé la nouvelle constitution.

L'idée républicaine, déjà en chemin, va s'accélérer subitement à l'occasion de la fuite manquée du roi. Le 27 juin, les Jacobins de Montpellier réclament à leur tour la création d'une République. Thomas Paine fonde à la fin juin le club de la Société républicaine , aux idées plus avancées que celui des Jacobins, au sein duquel il élabore un manifeste républicain, où il appelle les Français à en finir avec la monarchie: On m'a fait trop d'honneur, je ne le suis pas!

Le 17 juillet, le Club des Cordeliers dirigé par Danton , Marat et Desmoulins notamment lance une pétition en faveur de la république. L'Assemblée ordonne la dispersion de la foule: Bailly ordonne la loi martiale et La Fayette fait appel à la Garde nationale.

La troupe tire sans sommation malgré les ordres reçus et fait plus de 50 morts parmi les manifestants. Cet épisode tragique, connu sous le nom de Fusillade du Champ-de-Mars , va constituer un tournant dans la Révolution, aboutissant dans l'immédiat à la fermeture du Club des Cordeliers , à l'exil de Danton, à la démission de Bailly de sa fonction de maire de Paris à l'automne, et à la perte de popularité de La Fayette dans l'opinion.

L'Assemblée poursuit la rédaction de la Constitution à partir du 8 août et adopte le texte le 3 septembre. Précédée de la Déclaration des droits de l'homme , elle reconnaît l'inviolabilité du roi, écarte la Constitution civile du clergé réduite au statut de loi ordinaire , maintient le suffrage censitaire et prévoit la nomination des ministres par le roi hors de l'Assemblée.

Pour le reste, l'essentiel du pouvoir est dévolu à l'Assemblée, élue pour deux ans. En revanche, rien n'est prévu en cas de désaccord entre les pouvoirs législatif et exécutif: Ce texte jugé plutôt conservateur déçoit les députés de gauche [ a 74 ]. Louis XVI prête serment sur la nouvelle Constitution le 14 septembre. L'Assemblée constituante se réunit la dernière fois le 30 septembre pour laisser place, dès le lendemain, à l' Assemblée législative.

L'un des premiers domaines qui va échapper au roi est celui de la politique extérieure, qu'il avait jusqu'alors menée avec fierté et efficacité. La Belgique tout d'abord qui, influencée par l'essor révolutionnaire de la France, connaît l'indépendance et la déchéance de l'empereur Joseph II le 24 octobre , lequel est aussitôt remplacé par son frère Léopold II. L' Autriche reprend le contrôle de la Belgique et la République liégeoise prend fin le 12 janvier Le 22 mai , l'Assemblée profite de la crise de Nootka opposant l'Espagne alliée de la France à la Grande-Bretagne pour décider qui, du roi ou de la représentation nationale, dispose du droit de déclarer la guerre.

La question est tranchée ce jour là par le Décret de Déclaration de paix au monde aux termes duquel l'Assemblée décrète que cette décision n'appartient qu'à elle seule. Les comtes de Provence et d' Artois adressent le texte à Louis XVI en l'accompagnant d'une lettre ouverte incitant le roi à rejeter le projet de constitution [ a 75 ]. Quel homme vertueux peut estimer une pareille conduite? Il n'est plus roi par la grâce de Dieu, mais roi des Français, c'est-à-dire non plus un souverain de droit divin, mais en quelque sorte le chef, le premier représentant du peuple français.

Il conserve la totalité des pouvoirs exécutifs, qu'il exerce en vertu de la loi humaine [ 91 ]. Le 14 septembre , Louis XVI jure fidélité à ladite constitution. La nouvelle Assemblée, élue au suffrage censitaire, ne comporte aucun député de l'ancienne Assemblée constituante. Elle comprend députés: La France traverse une nouvelle crise à la fin de l'année La valeur des assignats se dégrade, le prix du blé augmente et le peuple a faim.

Les 30 octobre et 9 novembre, la nouvelle Assemblée adopte deux décrets sur l'émigration: Le roi valide le premier décret mais oppose son veto à deux reprises au second, les 11 novembre et 19 décembre. L'Assemblée adoptera plus tard la loi du 28 décembre mettant à disposition de la Nation les biens mobiliers et immobiliers confisqués aux individus considérés comme ennemis de la Révolution, c'est-à-dire les émigrés et fugitifs, les prêtres réfractaires, les déportés et détenus, les condamnés à mort, les étrangers ressortissants des pays ennemis.

Le 21 janvier , l'Assemblée obtient du roi d'adresser un avertissement officiel à Léopold II lui demandant de dénoncer la Déclaration de Pillnitz. L'empereur meurt le 1 er mars, sans avoir répondu à cet appel, mais en ayant pris soin quelques semaines plus tôt de signer avec la Prusse un traité d'alliance. Son fils François II lui succède et entend faire plier la Révolution, affirmant: Les Girondins suspectent la reine de connivence avec l'Autriche. Louis XVI renvoie alors ses ministres modérés et appelle de Grave à la Guerre ainsi qu'un certain nombre de Girondins: Louis XVI, devant cette lettre rendue publique qui est une insulte à la dignité royale, renvoie Roland et les autres ministres modérés — Servan et Clavière.

Unique preuve de sa sincérité de roi des Français, Louis XVI , sous l'influence de ce ministère, sanctionne le 4 avril le décret législatif du 24 mars qui impose dans les colonies l'égalité des Blancs et des hommes de couleur libres [ 93 ].

Un ultimatum est adressé à François II le 25 mars lui enjoignant de chasser les émigrants français de son pays, lequel demeure sans réponse. Le roi accepte donc, à la demande de l'Assemblée, de déclarer la guerre à l'Autriche le 20 avril La Révolution ayant désorganisé les forces armées, les premiers temps sont désastreux pour la France: Face à la déroute de l'armée, au renvoi des ministres Servan , Roland et Clavière , et au refus du souverain d'adopter les décrets sur la création du camp de fédérés et la déportation des prêtres réfractaires, les Jacobins et les Girondins entreprennent une épreuve de force pour le 20 juin , date anniversaire du serment du Jeu de paume.

Plusieurs milliers de manifestants parisiens, conduits par Santerre , sont ainsi encouragés à se rendre au Palais des Tuileries pour protester contre la mauvaise gestion de la guerre.

Seul, Louis XVI reçoit les émeutiers. Ceux-ci exigent du roi qu'il annule ses vetos et rappelle les ministres congédiés. Pendant cette longue occupation qui dura de 14 heures à 22 heures [ a 77 ] , le roi ne cède rien mais garde un calme saisissant.

Il accepte même de porter le bonnet phrygien et de boire à la santé du peuple. Pétion part lever le siège en assurant au roi: Le couple royal est dès lors soupçonné d'avoir inspiré l'idée de ce texte [ a 78 ]. Robespierre demande la déchéance du roi le 29 juillet. Le 10 août vers 5 heures du matin, les sections des faubourgs, ainsi que les fédérés marseillais et breton, envahissent la Place du Carrousel. La défense du Palais des Tuileries est assurée par gardes suisses , leur commandant le marquis de Mandat ayant été convoqué à l'Hôtel de ville où vient de se former une Commune de Paris avant d'y être assassiné.

Le roi descend dans la cour du palais à 10 heures et se rend compte que l'édifice n'est plus protégé. Il décide donc d'aller trouver refuge avec sa famille à l'Assemblée. C'est alors que les insurgés s'engouffrent dans le palais et massacrent tous ceux qu'ils y croisent: Le château est pillé et les meubles dévastés.

L'assaut fera plus d'un millier de morts dont suisses sur [ a 79 ] et les survivants seront par la suite jugés et exécutés. La Révolution vient de prendre un nouveau tournant qui aboutira à l'extinction de la monarchie constitutionnelle. La Commune insurrectionnelle obtient de l'Assemblée la suspension immédiate du roi et la convocation d'une convention représentative. Le soir même, le roi et sa famille sont transportés au Couvent des Feuillants où ils vont rester trois jours dans le plus grand dénuement.

Le 11 août, l'Assemblée élit un conseil exécutif de 6 ministres et fixe pour début septembre l'élection de la Convention. Elle rétablit par ailleurs la censure et demande aux citoyens de dénoncer les suspects. Elle demande enfin que la famille royale soit transférée au Palais du Luxembourg mais la Commune exige que ce soit à la Maison du Temple , sous sa garde.

C'est donc le 13 août que la famille royale est transférée, conduite par Pétion et escortée par plusieurs milliers d'hommes armés. Elle n'occupe pas pour le moment la grande Tour du Temple non encore aménagée, mais le logement de l'archiviste réparti sur trois étages: Louis XVI vit au deuxième étage avec son valet de chambre Chamilly qui sera remplacé par Jean-Baptiste Cléry , la reine et ses enfants au premier étage, et Madame Élisabeth la cuisine du rez-de-chaussée en compagnie de Madame de Tourzel.

Les membres de la famille peuvent librement se voir mais ils sont étroitement surveillés [ a 80 ]. Louis XVI occupe son temps entre la lecture, l'éducation du dauphin et la prière. Il s'adonne parfois au jeu de ballon avec son fils et à des parties de trictrac avec les dames. La reine s'occupe également de l'éducation de ses enfants, par l'enseignement de l'histoire au dauphin et les exercices de dictée et de musique à sa fille [ a 81 ].

La journée du 10 août a laissé à Paris un climat agité où les ennemis de la Révolution sont traqués. Les nouvelles extérieures nourrissent un climat de complot contre celle-ci: La Commune veut en finir avec les ennemis de la Révolution avant qu'il ne soit trop tard. Le 14 septembre, les Prussiens franchissent l' Argonne , mais les armées françaises de Kellerman et Dumouriez successeur de La Fayette passé à l'ennemi se rejoignent le L'armée française se retrouve en supériorité numérique et dispose d'une nouvelle artillerie que l'ingénieur Gribeauval lui a donnée quelques années plus tôt sous l'impulsion de Louis XVI.

La bataille s'engage à Valmy le 20 septembre et se déroule dans une rare violence. Les Prussiens sont rapidement défaits et se réfugient derrière leur frontière.

L'invasion de la France est stoppée nette et, comme l'affirmera Goethe qui accompagnait alors l'armée prussienne: L'Assemblée législative décide de mettre en place une convention élue à la suite de la journée du 10 août. Les élections ont lieu du 2 au 6 septembre dans un contexte de peur et de suspicion dû à la guerre franco-autrichienne et aux massacres de septembre.

À l'issue du scrutin, députés sont élus dont beaucoup de révolutionnaires déjà réputés: Alors que les électeurs de Paris ont plutôt voté pour les Jacobins , ce sont les Girondins qui l'emportent en province. C'est dans le contexte de la victoire de Valmy qui galvanise les esprits que la Convention se réunit pour la première fois le 21 septembre , marquant dès son arrivée l'abolition de la Monarchie. Louis XVI perd alors tous ses titres, les autorités révolutionnaires le désignent sous le nom de Louis Capet en références à Hugues Capet , dont le surnom est considéré, de manière erronée, comme un nom de famille.

Les décrets bloqués par le veto de Louis XVI sont alors appliqués. Le 1 er octobre, une commission est mise en place pour instruire un éventuel procès du roi, en s'appuyant notamment sur les documents saisis au Palais des Tuileries. Le 29 septembre, le roi, son valet de chambre Jean-Baptiste Cléry sont transférés dans un appartement du deuxième étage de la Tour du Temple. Il quitte ainsi le logement de l'archiviste de la Maison du Temple dans lequel il demeurait depuis le 13 août.

Marie-Antoinette , sa fille Madame Royale , Madame Élisabeth et leurs deux servantes sont transférées dans l'étage supérieur de la tour le 26 octobre suivant, dans un appartement similaire à celui du désormais ancien roi.

La Convention nationale avait dès le 1 er octobre mis en place une commission chargée d'instruire le procès. Un tel procès est désormais juridiquement possible puisque sous une République , l' inviolabilité du roi n'existe plus. Le 13 novembre, un débat crucial s'engage sur le point de savoir par qui le procès sera conduit. Le député de Vendée Morisson affirme que le roi a déjà été condamné en ayant été déchu.

Les preuves de la culpabilité du roi sont ténues jusqu'au 20 novembre, jour de la découverte aux Tuileries d'une armoire de fer dissimulée dans l'un des murs des appartements du roi. Je conclus que la Convention nationale doit déclarer Louis traître à la patrie, criminel envers l'humanité, et le faire punir comme tel [ Après des débats houleux, la Convention décide que Louis Capet sera bel et bien jugé, le tribunal étant la Convention elle-même.

Le lendemain, Louis XVI et son épouse se voient confisquer tous les objets tranchants dont ils se servent, à savoir rasoirs, ciseaux, couteaux et canifs [ a 84 ]. Le procès de l'ancien roi, jugé comme un citoyen ordinaire et désormais appelé sous le nom de Citoyen Capet , s'ouvre le 11 décembre À partir de ce jour, il sera séparé du reste de sa famille pour vivre isolé dans un appartement du deuxième étage de la maison du Temple, avec pour seule compagnie celle de son valet, Jean-Baptiste Cléry.

Son logement, sensiblement le même que celui dans lequel il vivait avec les siens à l'étage supérieur, mesure environ 65 m 2 et comprend quatre pièces: Vers 13 heures, deux personnalités viennent le chercher: L'appelant désormais sous le nom de Louis Capet, ils se voient rétorquer par l'intéressé: Arrivé dans la salle du Manège au grand complet, l'accusé est accueilli par Bertrand Barère , le président de la Convention, qui le prie de s'asseoir et lui annonce: Les motifs d'inculpation sont nombreux: Répondant à chacune des questions avec calme et brièveté, Louis XVI soutient qu'il a toujours agi dans le respect des lois qui existaient alors, qu'il a toujours combattu l'usage de la violence et qu'il a désavoué l'action de ses frères [ 98 ].

Pour finir, il nie reconnaître sa signature sur les documents qu'on lui montre, et obtient des députés l'aide d'un avocat pour assurer sa défense. Après quatre heures d'interrogatoire, le roi est ramené à la Tour du Temple et confie à Cléry, son seul interlocuteur désormais: Louis XVI accepte la proposition de défense que lui proposent trois avocats: Il refuse néanmoins l'aide que lui propose la féministe Olympe de Gouges [ 98 ].

Le procès du roi est suivi de près par les grandes puissances étrangères, notamment la Grande-Bretagne dont le premier ministre William Pitt le Jeune refusa d'intervenir en faveur du souverain déchu et l' Espagne qui fit savoir à la Convention qu'une condamnation à mort du roi remettrait en cause sa neutralité face aux événements de la Révolution [ a 85 ].

Les interrogatoires se succèdent sans rien donner, chacune des parties campant dans ses positions. Le 26 décembre, de Sèze s'adresse aux députés en ces termes: La conclusion des débats revient à Barère le 4 janvier , au moyen d'un discours dans lequel il souligne l'unité de la conspiration, les divisions des Girondins sur l'appel au peuple, et enfin l'absurdité du recours à celui-ci.

La reprise des délibérations est programmée pour le 15 janvier suivant, où trois points seraient abordés: L'issue du procès prend la forme du vote de chaque député sur les trois questions évoquées par Barère, chacun des élus votant individuellement à la tribune. La Convention se prononce le 15 janvier sur les deux premières questions, à savoir:. Du 16 janvier à 10h00 au 17 janvier à 20h00 se déroule le vote relatif à la sentence à appliquer, chacun des votants est amené à justifier sa position.

Une partie de l'Assemblée demande un nouveau vote, arguant que certains députés n'étaient pas d'accord avec la catégorie dans laquelle leur voix était classée. Le 17 janvier se déroule un nouveau scrutin: Le 19 janvier a lieu un nouvel appel nominal: Le vote est terminé le 20 à 2 h du matin: Avec son confesseur l'abbé Edgeworth de Firmont , le roi monte à l'échafaud.

Le couperet tombe à 10 heures 22, sous les yeux notamment de cinq ministres du conseil exécutif provisoire. Selon son bourreau, il déclare lors de son installation sur l'échafaud: L'acte de décès de Louis XVI est rédigé le 18 mars L'original de l'acte a disparu lors de la destruction des archives de Paris en mais il avait été recopié par des archivistes.

Voici ce que dit le texte:. Il est enterré au cimetière de la Madeleine , rue d'Anjou-Saint-Honoré, dans une fosse commune et recouvert de chaux vive. En outre, il fait édifier en leur mémoire la Chapelle expiatoire à l'emplacement du cimetière de la Madeleine. Les époux bien qu'étant alors âgés de 14 et 15 ans ne consommeront réellement leur mariage que sept ans plus tard.

De leur union, quatre enfants naissent, mais ils n'auront pas de descendance:. La reine Marie-Antoinette et ses enfants de g. Son corps malingre paraissait être exposé à toutes les maladies infantiles [ b 2 ]. Il avait les yeux ronds et gris de son père, avec un regard qui devait devenir de plus en plus flou à mesure que sa myopie s'accentuerait.

À l'âge adulte pourtant, le roi se caractérise par un certain embonpoint et une taille hors du commun pour l'époque: Il est également doté d'une forte musculature lui donnant une force étonnante: Sa tante Madame Adélaïde l'encourage ainsi: L' étiquette régit la vie de la cour en faisant du roi le centre d'un cérémonial très strict et complexe.

Cette construction de Louis XIV vise à donner un rôle à une noblesse qui avait été jusque là souvent rebelle et toujours menaçante pour le pouvoir royal. Au sein de la cour, la noblesse voit sa participation à la vie de la nation organisée en vase clos dans un subtil système de dépendances, de hiérarchie et de récompenses, et ses velléités d'autonomie vis-à-vis de l'autorité royale nettement réduites. Louis XVI hérite de ce système. La noblesse est au service du roi et en attend des récompenses et des honneurs.

Comme son grand-père Louis XV , Louis XVI a les plus grandes peines à entrer dans ce système qui avait été construit un siècle auparavant par son quadrisaïeul pour répondre à des problèmes qui ne sont plus d'actualité. Ce n'est pas par manque d'éducation: Bien qu'ayant conservé les longues cérémonies du lever et du coucher royaux, Louis XVI tente de réduire les fastes de la cour.

Imsges: premiere rencontre entre furet

premiere rencontre entre furet

Mon chat fait pipi ou caca partout! Désormais, depuis les années , le furet putoisé a la faveur du consommateur grâce aux différentes couleurs et marquages possibles obtenus par mutation. Les interrogatoires se succèdent sans rien donner, chacune des parties campant dans ses positions.

premiere rencontre entre furet

La réforme est donc vouée à l'échec et ne verra finalement pas le jour.

premiere rencontre entre furet

La castration chirurgicale longtemps pratiquée a le même effet, mais a comme principal inconvénient fjret de problèmes premiere rencontre entre furet pouvant provoquer la mort en moyenne trois à quatre ans après l'opération. Peu après minuit, ils sont accompagnés à la chambre nuptiale. Le furet est un animal exclusivement domestique qui fait ses besoins dans une litière premiere rencontre entre furet 6 ] et qui peut vivre en liberté dans une maison ou un appartement sécurisé, toutefois son caractère joueur furst curieux contraint souvent ses maîtres à le placer dans un parc à furet rencontres brel programme leurs absences. L'État du Queensland par exemple a préventivement déclaré l'espèce comme étant nuisible et interdit d'introduire tout furet, même de compagnie, dans cet État. Putorius signifie puant et fait référence au putois dont le premiiere est la sous-espèce domestique. L'alimentation du furet reste un important sujet recherche petite annonce rencontres homme cherche femme débat entre les éleveurs [ 25 ]. À l'instar de ses frères, Louis-Auguste a pour gouvernante Madame de Marsangouvernante des enfants royaux.